Témoignages
>> d'entrepreneurs    
 
  Bernard - (entrepreneur associé)  
Energies alternatives - Bouches-du-Rhône
 
« Cette idée de devenir un entrepreneur-associé d’Energies alternatives m’est venue au moment du constat de la pérennité de mon activité, au moment de choisir une sortie : un accompagnement qui n’est plus nécessaire, un test concluant… il faut créer (quel que soit le statut choisi). Seulement je veux continuer à participer au projet global de la CAE et n’ai pas très envie de la quitter pour m’installer à mon compte. Je veux continuer à travailler avec et pour Energies alternatives, les 10 % à verser me conviennent (par rapport au coût des services reçus), sachant que ce versement participe au soutien des porteurs de projet qui arrivent en accompagnement,
… la CAE et son fonctionnement sont à pérenniser
et à développer, j’avais envie d’être partie prenante…et surtout d’un « vrai » statut : alors je n’ai vu qu’une solution : devenir associé !De milieu dit « social », je ne souhaitais pas à la base que mon expérience me conduise forcément à la création pure et simple d’une entreprise : je voulais plus simplement créer mon activité. Je découvre Energies alternatives et la possibilité de tester son activité, notamment les activités artisanales ou un peu délicates, méconnues, qui ne pourraient l’être dans une autre structure (pour les sociétés de services, cela existe mais pour les artisans, c’est plus rare !).La CAE est bien dans l’esprit d’aide aux personnes pour préparer et créer leur activité.

 

 

Ma « petite » participation financière (par le biais du versement de 10 % du chiffre d’affaires) peut aider les autres porteurs de projet à tester leur activité et à se développer, me permettre, à moi, indirectement d’aider les gens qui ont un projet et envie d’en vivre : « je n’ai trouvé cela nulle part ailleurs ». Etre associé me permet en outre de rester attentif à la vie interne d’Energies alternatives.
Si je ne participe que trop rarement aux séminaires pour y échanger et conseiller, faute de temps (que je partage entre son activité et une association sportive), je n’en demeure pas moins disponible pour témoigner du bien fondé de la CAE à des salons, sur des revues…
 
  Patrick  
  Energies alternatives - Alpes Maritimes  
                     
 
 L’accompagnement de projets et leur mise en place n’ont plus de secret pour lui… :

« depuis 4 ans c’est au sein d’Energies alternatives que je développe mon activité. Ma rencontre avec la CAE vient de mon besoin de facturer l’Action sociale qui me demandait d’intervenir dans le cadre de mon activité : Energies alternatives me permet de répondre rapidement à cette première demande. Cette satisfaction m’incite alors à accompagner d’autres projets puisque j’ai la possibilité de facturer… Ainsi démarre le début d’une longue collaboration…

Mes interventions auprès des acteurs de l’Economie Sociale trouvent en la CAE dont la culture m’est très proche, un partenaire complémentaire.
Ma formation en droit et sciences politiques permet de relier l’Economie sociale puisqu’oeuvrant sur le développement territorial donc durable : j’accompagne les différents acteurs de l’économie dans l’application des politiques sociales où il est demandé aux dits acteurs de s’inscrire dans le développement des territoires (Département, Région…). J’accompagne les institutions et les professionnels, au coeur de cette problématique en tant qu’accompagnant, et cela s’inscrit dans une dynamique locale.
A ce stade du développement de mon activité, je suis à la croisée des chemins du maintien en salariat et du passage au statut indépendant (ou SARL) ».


 
    Jelloul,
  Ferronnier d’art
     
Smaïl       
Energies Bât - Bouches-du-Rhône          
   Energies alternatives
   Vaucluse 

 
J’ai géré une société pendant trois ans, mais par rapport à la taille de la structure et les moyens que j’avais, je ne m’y retrouvais pas dans le ratio travail à réaliser et papiers/ payes à faire. L’intérêt premier que j’ai trouvé chez Energies Bât était de pouvoir ne me consacrer qu’à mon activité, au métier que j’aime et non pas à l’administratif. C’est pour cela que je ne sais que trop bien ce que payent les 10 % reversés à la CAE, le temps qu’ils me font gagner. Ce temps je peux le consacrer à mon métier que j’aime. Ensuite, j’ai très vite apprécié le fait qu’au sein de la CAE je pourrai échanger avec d’autres entrepreneurs-salariés, partager en complémentarité
des chantiers sur lesquels je n’irai pas seul. Pour la construction de décors – tournages, événementiels –, je dispose d’un atelier déjà généreusement outillé et je souhaiterais pouvoir mettre à disposition le local et le matériel, en partager l’usage –sous forme d’association par exemple- avec les entrepreneurs d’Energies alternatives. Ceci permettrait d’aider les entrepreneurs dans leur besoin d’outils, mais surtout de faire connaissance entre entrepreneurs. Bien sûr nous nous rencontrons au cours des diverses réunions et séminaires dont j’apprécie la richesse des échanges, mais nous retrouver dans l’atelier, sur un chantier, serait un plus non négligeable. Le relationnel est pour moi quelque chose d’important. Et en cela, la CAE a un état d’esprit qui me convient bien, développe une notion d’entraide que j’ai déjà beaucoup dispensée.
 
   
Je viens de commencer mon activité au sein d’Energies alternatives, vers laquelle j’ai été dirigé par l’ANPE. Désireux de me lancer
dans la ferronnerie d’art « à mon compte », j’ai très vite intégré la CAE qui répondait précisément à mes besoins en matière de soutien administratif mais aussi pour me guider et me soutenir au niveau des charges, « ne sachant pas à quelle porte aller frapper »… Débarrassé du temps perdu dans les recherches et les réflexions, je suis libre aujourd’hui de ne penser qu’au développement
de mon activité et mener à bien mon projet.
 
logo Energies
 
       
  Johanna & Olivier
   Energies alternatives - Vaucluse

 
La création et le dévelop-pement d’une agence de design dans la région demande un effort important en matière de prospection et de communication. En effet, la discipline du design est encore mal connue et il faut donc constamment trouver de nouveaux clients. De plus, il est difficile avec cette activité d’avoir un chiffre d’affaires constant. Nous avons tenté notre aventure de création
au sein d’une couveuse. Pendant et après la couveuse, nous avions des rentrées d’argent trop irrégulières et un manque d’expérience en matière de gestion d’entreprise. L’immatriculation aurait été trop précipitée.
Et même avec un prêt ou un apport financier,nous n’aurions pas pu pérenniser notre activité. C’est pourquoi la Coopérative est un passage obligé dans la concrétisation de notre projet d’entreprise. De plus, le fait d’être suivis au niveau de la comptabilité et de la gestion nous a semblé nécessaire afin de pallier notre manque d’expérience. Mais, malgré l’accompagnement de la Coopérative, une entreprise demande beaucoup d’efforts et c’est la raison pour laquelle nous nous sommes associés : en effet, il est toujours plus facile de faire face à une charge de travail importante et de prendre des décisions délicates lorsqu’on est deux.
Sans Energies alternatives, nous serions peut-être en portage salarial ou à la recherche d’un emploi… et notre agence de design serait en stand by ; ou même n’existerait peut-être plus ! Nous avions besoin du soutien d’une structure comme la CAE pour développer
notre activité : les rentrées d’argent toujours irrégulières ainsi que les défauts de paiement de certains clients ne font que conforter notre avis sur l’intérêt d’un tel accompagnement ».
 
  Louis
   Energies alternatives
   Aude
    Amélie
      Energies alternatives
Hérault
J’ai trouvé une certaine sérénité dans la CAE qui m’a tout d’abord permis de me concentrer sur la recherche de nouveaux clients plutôt que de passer du temps avec la « paperasse ». Satisfait de mon parcours, j’apprécie au fur et à mesure la notion de réseau
que je trouve importante, en particulier au travers des séminaires dont l’intérêt pour moi est évident, notamment en matière
de formation informatique et force de vente. Mon enrichissement personnel, mes rencontres avec les autres entrepreneurs m’apportent des réponses aux questions que je me pose et je crée moi-même mon propre réseau. J’apprécie la simplification des démarches et surtout de pouvoir tester deux activités en même temps (créateur de meuble et infographiste). En effet, avoir les connaissances ne me semblait pas suffisant pour me lancer mais Energies alternatives m’a permis de le faire.
            
« Je suis venue chez Energies  alternatives et j’ai été séduite par son offre de test grandeur réelle pour ne créer que « si ça marche  », le risque d’une inscription à la Chambre des métiers conduisant à la perte des ressources si l’activité ne survit pas. En deuxième point, la couverture de l’activité par l’assurance m’apparaît comme essentielle».  
Sa conscience professionnelle et son application à satisfaire ses clients, entreprises dans lesquelles elle fait le ménage, poussent ceux-ci à recommander largement Amélie qui bientôt ne pourra plus suivre…
 
je cree